• Elle-s-appelait-Sarah.jpg

    Lu en 3 jours ce qui est une performance pour moi mais c'est ce genre de livre qui vous fait apprecier les insomnies. Emouvant, sensible,  sans moralisation ni préchi-précha. Mais qui fait quand même réfléchir : qu'aurais-je fait si j'avais été là  à cette époque ? Et que fais-je maintenant face à toutes les injustices dont j'ai connaissance ? Pas grand chose hélas, engluée que je suis dans ma petite vie heureuse et pépère. Au moins, j'espère ne pas en rajouter.

    Merci Madame de Rosnay pour ce beau moment de lecture.


    9 commentaires
  • Le-confident-d-Helene-Gremillon.gif

    Au milieu des mots de condoléances qu’elle reçoit à la mort de sa mère, Camille découvre une étrange lettre envoyée par un expéditeur inconnu. Elle croit à une erreur mais, les semaines suivantes, une nouvelle lettre arrive, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend que cette correspondance recèle un terrible secret qui la concerne.

    Machination diabolique sur fond de Seconde Guerre mondiale, ce roman mêle récit historique et suspens psyhologique dans un scénario implacable.

    Hélène Grémillon a 32 ans. Le Confident est son premier roman.

     

    Pour une des rares fois de ma vie je n'ai pas mis un mois à lire un livre. J'ai été happée par le cadeau que le père Noël à apporté Charlenri, commencé avant hier soir, il m'a tenu éveillée cette nuit jusqu'à 2 h du mat et je viens de le terminer, sans m'endormir dessus, à l'heure de la sieste.

    Les auteurs de romans policiers sur lesquels je m'endors au bout de trois pages devraient en prendre de la graine.

    Je n'avais qu'une hâte : connaître la suite et je n'ai même pas triché en allant lire la dernière page.

    C'est un premier roman et, comme pour Manhattan d'Anne Révah, j'attends avec impatience le suivant de cet auteur.


    6 commentaires

  • Manhattan Quatrième de couverture :
    Elle part. Elle fuit après avoir appris l’inacceptable.

    Elle n’a pas peur, non, mais, avant de disparaître tout à fait, elle veut mettre de l’ordre dans sa vie.
    C’est une lettre qu’elle choisit d’écrire, une seule et longue lettre à sa mère, où les mots, si longtemps retenus, coulent comme un torrent, emportant sur leur passage la vie d’avant, les secrets, les mensonges, les blessures non refermées.

    Elle écrit et se délivre, fait place nette, se retrouve enfin et peut, apaisée, aller vers son destin.

    Très bonne idée que ce livre voyageur. Je l'ai reçu de Cécile et dois l'envoyer à Keisha qui l'enverra, ensuite, à celle ou celui qui lui en fera la demande.

    Ma crainte de mettre trop de temps à le lire était infondée. 90 pages imprimées en gros caractères. L'envie de savoir la suite, de connaître le résultat de cette introspection me l'ont fait lire (presque) d'une traite.

    C'est dur et douloureux. La
    fin n'a pas été une surprise même si je la voyais un peu différente.

    J'avais emporté ce petit livre pour me tenir compagnie pendant que je mangerai mon sandwich hier à Dijon, j'ai été tellement happée qu'au lieu de continuer mon léchage de vitrines, je suis allée m'asseoir, au soleil, dans le square de la place des Ducs pour le terminer.

    C'est le premier roman d'Anne Révah, j'attends le suivant avec impatience.


    6 commentaires
  • J'ai trouvé cette très jolie musique chez Jacqueline et j'ai décidé de vous en faire profiter. Exactement le genre de musique à écouter en boucle le soir avant de s'endormir. C'est un peu comme de se faire pleurer en lisant la petite sirène ou la petite marchande d'allumettes. Ça permet de sortir des mélancolies plus profondes et inavouables car elles ne seraient pas comprises, sans avoir l'air d'y toucher.

     


    Découvrez Valérie Duchateau!

    5 commentaires
  • Ce n'est pas souvent que je saisis la balle au bond pour un petit jeu sur internet mais quand je suis tombée chez Valérie de Family blog sur celui-ci, consistant à mettre une chanson pour l'année de naissance, la curiosité m'a poussée à lancer une recherche chez mon pote gogole.

    1944 une merveilleuse chanson pleine de nostalgie que j'ai toujours adorée. Et cerise sur le gateau  c'est PATRIIIIIIIICCCKK !!!!!, dont j'ai eu le béguin dés la première fois où je l'ai vu à l'écran, qui la chante.

    Faites vous plaisir les filles ! N'est ce pas qu'il est craquant ?

    Edit : 27/9/2011 J'ai dû changer la vidéo car l'autre n'était plus valide. Du coup on ne voit plus PATRIIIIIIIICCCKK !!!!!, mais en prime on a Voulzy en duo.



    Bon, mine de rien je livre plein de choses très très personnelles sur moi aujourd'hui. Faudra pas en prendre l'habitude.





    Que reste-t-il de nos amours
    C.Trenet - L.Chauliac

     

     Ce soir le vent qui frappe à ma porte
    Me parle des amours mortes
    Devant le feu qui s' éteint
    Ce soir c'est une chanson d' automne
    Dans la maison qui frissonne
    Et je pense aux jours lointains

    Refrain:
    Que reste-t-il de nos amours
    Que reste-t-il de ces beaux jours
    Une photo, vieille photo
    De ma jeunesse
    Que reste-t-il des billets doux
    Des mois d' avril, des rendez-vous
    Un souvenir qui me poursuit
    Sans cesse

    Bonheur fané, cheveux au vent
    Baisers volés, rêves mouvants
    Que reste-t-il de tout cela
    Dites-le-moi

    Un petit village, un vieux clocher
    Un paysage si bien caché
    Et dans un nuage le cher visage
    De mon passé

    Les mots les mots tendres qu'on murmure
    Les caresses les plus pures
    Les serments au fond des bois
    Les fleurs qu'on retrouve dans un livre
    Dont le parfum vous enivre
    Se sont envolés pourquoi?

    Refrain

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique